CHIRURGIE SPECIALISEE DE LA HANCHE

CHIRURGIE  SPECIALISEE  DE  LA  HANCHE
CHIRURGIE  SPECIALISEE  
DE  LA  HANCHE
CHIRURGIE
SPECIALISEE  
DE  LA  HANCHE
Aller au contenu

Menu principal :

Révision prothétique
 

REVISION DE PROTHESE DE HANCHE POUR INFECTION





Une prothèse de hanche a été implantée dans votre corps voici quelques années…

Une prothèse articulaire fonctionne en principe durant une très longue période.

Une prothèse totale de hanche (PTH) est constituée de pièces artificielles dont le bon fonctionnement va dépendre essentiellement de deux facteurs :
la fixation à l’os des pièces de la prothèse (composants prothétiques) et le mécanisme d'articulation des pièces entre elles (surfaces de contact).

Il peut arriver après un temps variable que l'on observe une dégradation d'un de ces deux facteurs essentiels, et qu'il soit nécessaire d'envisager un échange d'une ou plusieurs pièces de votre prothèse de hanche («  révision prothétique »).

 
 
Les causes de révision prothétique sont :

- Soit une déstabilisation du composant prothétique, inséré dans le fémur (tige) ou dans le bassin (cupule) : on parle alors de « descellement de prothèse »
 
- Soit un problème d'usure des pièces articulaires (au niveau des surfaces mobiles en contact) et en particulier de la pièce intermédiaire située entre la tête fémorale et la cupule métallique insérée dans la bassin : cette "cupule" ou « insert cotytoïdien» est généralement constituée dans ce cas d'une matière plastique très dure, le polyéthylène.
 
- Soit un problème d’infection de la prothèse.
 
Malgré toutes les précautions prises avant et durant la première intervention de pose de la prothèse de hanche, il arrive parfois (rarement cependant) qu’un problème infectieux survienne.
 
S’il apparait et est diagnostiqué assez tôt après la pose de la prothèse, une intervention chirurgicale de nettoyage, lavage de la prothèse peut suffire (avec un traitement antibiotique prolongé) à guérir.
 
Mais parfois l’infection survient ou est diagnostiqué plus tardivement, ou peut également survenir sur une prothèse descellée et/ou usée : au geste chirurgical de nettoyage devra être associé (dans le même temps opératoire) un geste de changement de la prothèse.
 


L’infection peut se présenter brutalement et clairement : le diagnostic est ainsi évident lorsque sont associées ensemble une cicatrice inflammatoire, avec parfois un écoulement, de la fièvre et des douleurs.
 
Mais l’infection peut être moins aigue, plus sournoise, et de ce fait plus difficile à diagnostiquer. Une prothèse qui reste douloureuse sans que l’on ne puisse expliquer pourquoi doit faire rechercher un processus infectieux. Plusieurs examens complémentaires peuvent être demandés : bilan sanguin, échographie, scanner, scintigraphie, ponction articulaire…
 
 
Une infection de prothèse nécessitera tout le temps pour guérir  un geste chirurgical de reprise (avec ou sans révision de la prothèse).
 
Cette indispensable chirurgie consiste à nettoyer la totalité des tissus infectés autour de la prothèse (ablation du tissu synovial = synovectomie).
 
Une infection précoce sur prothèse nécessitera en outre de changer les composants amovibles de la prothèse.
 
S’il faut changer toute la PTH (révision prothétique bipolaire = côté fémur + côté bassin), il faudra enlever successivement tous les composants articulaires, ainsi que la totalité du ciment si la prothèse est cimentée. Si la prothèse est bien ancrée dans l’os, il faut parfois réaliser une petite coupe (ostéotomie) du fémur ou une fenêtre osseuse fémorale pour bien dégager et enlever la prothèse.  
 

Dans le cadre d'une révision prothétique, après ablation complète des implants et exérèse des tissus infectés,
le chirurgien peut :
 
o soit remplacer immédiatement la prothèse (révision en un temps),

o soit préférer laisser la hanche au repos (avec ou sans mise en place d’une prothèse grossière provisoire appelée « spacer » , placée entre l'extrémité  supérieure du fémur et la cavité du cotyle (ce spacer est le plus souvent un moule de ciment contenant des antibiotiques) pour attendre que l'infection soit totalement guérie avant d’effectuer la mise en place de la nouvelle prothèse (révision en deux temps). Le délai avant la repose peut varier de quelques semaines à plusieurs mois selon l'état de destruction osseuse initiale et la réponse de l'infection au traitement.
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu